Deux bonnes nouvelles depuis la fin du mois de février 2017

La première nouvelle concerne une chute significative du nombre des cas de torture rapportés en Tunisie. Selon un rapport de l’Organisation tunisienne contre la torture (OCTT), 153 cas de torture et traitement cruel, inhumain et dégradant ont étés rapportés en 2016, alors qu’en 2015 ce chiffre montait à 250. Cela représente une baisse d’environ 61 %.
Toutefois, le rapport publié en février 2017 par l’OCTT présente une situation assez préoccupante où les violations de la Convention contre la torture persistent avec la complicité de l’État tunisien. Selon ce même rapport, la police s’avère responsable dans 62 % des cas et des agents correctionnels sont impliqués dans 24 % de cas dénoncés.
Jugée comme étant « sur la bonne voie » par les experts des Nations unies, la Tunisie s’efforce de mettre fin aux cas de torture et des traitements cruels, inhumains et dégradants, bien que le pays a encore beaucoup de travail à faire pour y arriver. Nous encourageons la Tunisie afin qu’elle mette « les mains à la pâte » et qu’elle réponde aux exigences de la Convention contre la torture pour l’éradication totale de la torture sur son territoire.
La deuxièmement bonne nouvelle vient du continent asiatique, plus précisément de l’Ouzbékistan en Asie centrale. Elle rapporte une victoire dans la lutte contre la torture et en faveur de la liberté d’expression. Après 18 ans d’emprisonnement, le journaliste ouzbek Muhammad Bekjanov, lauréat du Prix 2013 pour la liberté de la presse de Reporteurs sans frontières (RSF) a été remis en liberté le 22 février 2017. M. Bekjanov, un « héros de l’information » de RSF, a subi toute sorte de torture et de traitements inhumains et dégradants durant son incarcération. Cela a atteint de façon irréparable son état de santé. Parmi les séquelles subies en conséquence de la torture figure la perte de plusieurs dents ainsi qu’une partie de son ouïe.
Bekjanov incarne un des cas d’emprisonnement de journalistes le plus long jamais rapportés. Plusieurs organisations internationales ont exprimé un profond soulagement face à la libération de Muhammad Bekjanov. Les organisations appellent les autorités ouzbèkes à prendre des mesures afin que le journaliste rejoigne sa famille aux États-Unis dans les plus brefs délais. Les organisations font appel pour que le pays libère le plus rapidement possible les journalistes et défenseurs des droits de la personne injustement détenus en Ouzbékistan. L’ACAT Canada reste alerte pour la suite des choses.

Sources
L’Orient. 2017-02-22. Tunisie: nette baisse des cas de torture depuis 2015 : https://www.lorientlejour.com/article/1036652/tunisie-nette-baisse-des-cas-de-torture-depuis-2015.html
Reporteurs sans frontières. 2017-02-22. Muhammad Bekjanov, libre après 18 ans passés dans les prisons ouzbèkes : https://rsf.org/fr/actualites/muhammad-bekjanov-libre-apres-18-ans-passes-dans-les-prisons-ouzbekes

Originalmente postado em :
http://acatcanada.org/2017/04/03/deux-bonnes-nouvelles/

Anúncios

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s